Sur les épaules de Darwin…

image_pdfimage_print

Connaissez-vous l’émission de Jean-Claude Ameisen, sur France-Inter, tous les samedis de 11h05 à 12h.

Sur les épaules de Darwin, tous les samedis de 11h05 à 12h

Ce samedi 18 juin, elle s’intitulait :

Transmettre en dansant, enseigner en courant, décider en votant.

et concernait les abeilles.

Pour télécharger l’enregistrement de cette émission aller à cette page :

http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_11549.xml
Sur cette page vous pouvez vous abonner aux podcast de cette émission, ou télécharger le fichier en cliquant  sur : 11549-25.06.2011-ITEMA_20293593-0.mp3
Mais attention, tout a une fin, ce document n’est disponible qu’un mois après sa diffusion.

Voici le texte copié du site de l’émission :

Poursuivant mon œuvre, je vais chanter le miel aérien, présent céleste. Je t’offrirai, à partir de tout petits êtres, un spectacle admirable.
Quand le soleil d’or a mis l’hiver en fuite, et l’a relégué sous la terre, quand le ciel s’est rouvert à l’été lumineux, aussitôt les abeilles parcourent les fourrés et les bois, butinent les fleurs vermeilles et effleurent, légères, la surface des cours d’eau. Transportées alors par je ne sais quelle douceur de vivre, elles choient leurs couvées et leur nid, et façonnent avec art la cire nouvelle et composent le miel.

Virgile. Géorgiques.

Oh ! vous dont le travail est joie,
Vous qui n’avez pas d’autre proie
Que les parfums, souffles du ciel,
Vous qui fuyez quand vient décembre,
Vous qui dérobez aux fleurs l’ambre
Pour donner aux hommes le miel,

Chastes buveuses de rosée, […]
Ô sœurs des corolles vermeilles,
Filles de la lumière, abeilles, […]

Victor Hugo. Les châtiments.

Ce qu’avait découvert Karl von Frisch en 1944 était presque incroyable : les abeilles ouvrières qui avaient suivi la danse ne recherchaient la fleur qu’à proximité du lieu où la danseuse l’avait découverte, même si ce lieu était très distant du nid – par exemple à des kilomètres de là, au long de la rive ombragée d’un lac. Sans aucun doute, les ouvrières avaient acquis de l’exploratrice une information concernant à la fois la localisation et l’odeur de la source de nourriture. Mais cette information pouvait-elle avoir été communiquée, à l’intérieur de la ruche plongée dans l’obscurité, par la danse de l’abeille ?

Thomas Seeley. Honeybee democracy.
[La démocratie des abeilles à miel.]

Plus tard, quand tu verras, en levant les yeux, l’essaim sorti de la ruche nager dans le ciel limpide, vers les astres, et, qu’étonné, tu l’apercevras qui flotte au gré du vent comme une nuée sombre, suis-le des yeux…

Virgile. Géorgiques.

Un essaim d’abeille parvient à une forme d’intelligence collective dans le choix de son domicile. Les ouvrières d’un essaim d’abeille à miel conduisent un processus démocratique de prise de décision pour choisir le lieu de leur nouvel habitat – un choix qui aura, l’hiver venu, des implications en termes de vie ou de mort.
Identifier une série d’options distinctes, partager librement les informations concernant ces options et choisir collectivement la meilleure… Partager les découvertes en exécutant des danses, conduire un débat concernant la meilleure option possible et parvenir à un accord à propos du nouveau domicile de l’essaim. Et, presque toujours, la sagesse collective des abeilles choisit la meilleure option parmi toutes celles qui sont disponibles.

Thomas Seeley. Honeybee democracy.
[La démocratie des abeilles à miel.]

Notre régime politique ne prend pas pour modèle la loi des autres. Loin d’imiter les autres, nous sommes nous-mêmes un exemple. Quand au nom de notre régime, comme les choses dépendent de la majorité, cela s’appelle une démocratie.

Thucydide
La guerre du Péloponnèse.

Chaque fois que les capacités de certains animaux sont considérées comme un peu semblables aux nôtres, la réaction est violente. Vous pourriez penser que les chercheurs parviennent de manière dépassionnée à une caractérisation raisonnable d’un phénomène, après quoi ils n’ont plus qu’à se mettre d’accord sur ce qu’il reste à découvrir. Mais les définitions sont rarement neutres : elles reflètent des visions du monde. Et souvent, le débat ne concerne rien moins que la place de l’humanité dans le cosmos.

Frans de Waal
Quand les singes prennent le thé. [The ape and the sushi master.]

Ce contenu a été publié dans Butiné ici ou là. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.