Du miel pour Jupiter / Zeus

image_pdfimage_print

Si Zeus est devenu le roi des dieux… c’est certainement grâce à son alimentation lorsqu’il était enfant.

Résumons son histoire…

Son père, Cronos, avait pour fâcheuse habitude de dévorer tous ses enfants dès leur naissance. Il avait ainsi avalé Hestia, Poséidon, Hadès, Héra et Déméter… Vous comprenez que Réa, la maman, en était vraiment contrariée.

Les Romains ont calqué leur religion sur celle des Grecs et sous des noms différents, on retrouve les mêmes dieux et des mythes semblables, ainsi l’enfance de Zeus ou Jupiter.
À ROME :
Jupiter, fils de Saturne et de Cybèle.
Fratrie : Vesta, Neptune, Pluton, Junon et Cérès.
En GRÈCE :
Zeus, fils de Cronos et de Rhea.
Fratrie : Hestia, Poséidon, Hadès, Héra et Déméter.

À la naissance du petit sixième, Zeus, elle fit avaler une pierre emmaillotée à Cronos et confia l’enfant à Gaïa la grand-mère. Celle-ci le transporta en Crète et le cacha dans une grotte sur le mont Ida. Elle le confia aux nymphes Adrasté et Ida.

Dans cette île vivaient des dieux inférieurs, les Curète et les Corybantes, qui dansaient, chantaient, tapaient sur leurs boucliers afin de couvrir les pleurs et les cris du bambin. Il ne fallait surtout pas que Cronos se doute de quoique ce soit.

Ce bébé fut nourrit du lait de la chèvre Amalthée et du miel des abeilles de l’île.  C’est ainsi qu’il devint suffisamment fort et rusé pour chasser son père du pouvoir et qu’il le força à régurgiter ses frères et sœurs.

Cette légende a inspiré quelques peintres :
(cliquer sur une image pour la voir en grand format)

Dans ce tableau, Antonio Balestra (1666-1740) nous montre une nymphe donnant un rayon de miel à l’enfant Zeus… admirez l’air réjoui de l’enfant !

Nicolas Poussin (1594-1665) illustrera cet épisode par deux tableaux où l’on voit une nymphe donnant le lait tandis qu’une autre recueille du miel

−vers 1636-1637−«L’enfance de Jupiter» Dulwich Picture Ga


llery (Londres)

−1640− «Jupiter enfant nourri par la chèvre Amalthée» Berlin, Gemäldegalerie

Notez bien que dans le p


récédent tableau, l’enfant tète directement le pis de la chèvre, dans le second on utilise un pichet pour faire boire l’enfant.

Ce contenu a été publié dans L'abeille au musée…. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.