Comment les abeilles d’une colonie se reconnaissent-elles ?

image_pdfimage_print

Si vous avez l’habitude d’observer l’activité des abeilles à l’entrée d’une ruche, vous avez sûrement remarqué quelques unes sur la planche d’envol semblant faire un travail de police, deux ou trois gardiennes “vérifient” l’dentité d’une abeille suspecte, elle semblent vraiment la malmener. Selon le cas, elles laissent entrer la pauvre abeille, mais parfois elles la chassent.

Gardienne à l'entrée de la ruche

Gardienne à l’entrée de la ruche contrôlant une abeille suspecte…

Dans une même colonie, des sœurs et demi-sœurs de pères différents se côtoient et se reconnaissent, comment font-elles pour se reconnaître ? Les abeilles portent “l’odeur” de la colonie, c’est ainsi qu’elles se reconnaissent. Souvent on impute cette signature olfactive à la reine qui secrète plusieurs types de phéromones.

Le microbiome est généralement défini comme l’ensemble des micro-organismes vivant à la surface et à l’intérieur du corps. Si le microbiome est l’ensemble de cette flore, le microbiote est restreint à la flore d’un organe. (https://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiome-et-sante/)

Parue le 14 octobre 2020 dans Science Advances, une étude américaine apporte de premières réponses : c’est la flore bactérienne intestinale des abeilles, le microbiome qui influence le cocktail d’hydrocarbures cuticulaires. En partageant constamment de la nourriture entre elles, les abeilles échangent aussi leur cocktail microbien.
(D’après un article de Fanny Rohrbacher paru dans Le Monde du 27 octobre 2020.)

Article complet

Ce contenu a été publié dans Butiné ici ou là. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.