Mes varroas vont mal… et les vôtres? (1-Apistan)

Suivi du varroa durant l’hiver 2020-2021 (Rémy Gourmelon)

En 2021 nous serons peut-être débarrassés de la Covid, mais sûrement pas des varroas ! Pour nos abeilles pas de vaccin, mais des traitements. J’ai donc profité du temps que m’a laissé cette période d’activité réduite pour suivre de près leur efficacité sur mes 6 ruches. Comme leur situation initiale et leurs réactions ont été différentes, l’expérimentation (avec Apistan puis Apibioxal) me parait intéressante et je souhaite la partager avec les membres du REPPI. 

En hiver, «une chute naturelle d’1 varroa/2jours c’est trop»… dit-on !

Compte tenu de l’abondance des articles sur le « varroa », on ne peut ignorer ce fléau. Pour ma part, je fais toujours le suivi de cet « envahisseur » dans mes ruches, 1 mesure par mois toute l’année, et  régulièrement pendant et après le traitement. Cet automne, les circonstances s’y prêtant, j’ai cherché à aller plus loin pour vérifier la règle ci-dessus, et d’autres, sur mes 6 ruches en hivernage.

Pour planter le décor :

Ce sont des ruches Dadant bois de 10 cadres avec plancher Nicot. Elles sont identifiées par leur couleur (comme pour les vaches, un petit nom c’est plus sympathique, mnémotechnique et visuel  que des numéros), tout à fait faisable avec un petit cheptel comme le mien.

Une plaque d’hivernage huilée, glissée sous le plancher, permet le comptage des chutes de varroas.

La ruche Orange et la Blanche sont dans un rucher à Loc Brévalaire, les quatre autres chez moi à Plabennec. Elles sont espacées les unes des autres de 2 à 3m.

Excepté la Beige, toutes les reines sont de la même souche. Aux dernières nouvelles celle de la ruche Jaune est rouge, de la Lilas est verte, les quatre autres sont bleues. J’ai récolté du miel cet été sur la Jaune, la Lilas et l’Orange. A la pesée de fin de saison les ruches sont moins lourdes que l’année dernière (entre – 6 et -8 kg), notamment la Jaune ; je vais la nourrir dès la fin du test.

Traitement par Apistan et résultats :

Cliquez pour ouvrir le tableau dans un nouvel onglet

Le 29 août, après avoir fait une mesure de la chute naturelle des varroas, j’ai mis 2 lanières d’Apistan par ruche et fait un relevé après 2 jours, puis tous les 15j. Les chiffres ci-dessous sont les valeurs des chutes par jour.

Après avoir retiré les lanières, j’ai fait un relevé toutes les semaines (relevés sur 3 ou 4 jours) pour voir le résultat de fin de traitement. Ici encore les chiffres sont donnés en nb/j.

Constat du traitement par Apistan :

Du conforme : La ruche Orange qui était la plus infestée a très rapidement réagi au traitement. La Beige et la Lilas, qui étaient moins impactées, rentrent également dans les clous.

Du non conforme : à l’inverse, au bout d’un mois, on constate que 3 ruches ne respectent toujours pas le critère <0.5/jour. La Jaune plus particulièrement qui avait déjà nécessité un traitement complémentaire au Varromed en 2018 et 2019.

Pour toutes les ruches, le nombre total de varroas occis est très élevé (un peu moins dans la beige) et sans le traitement certaines colonies auraient sans doute été mises en difficulté durant l’hiver.

Le ratio entre le nombre des chutes naturelles et le nombre de varroas dans la ruche est habituellement estimé à 30 en mai-août et 100 en septembre-octobre. Il est bien plus élevé ici pour une mesure faite en fin août (d’autant que tous les varroas n’ont probablement été éradiqués).

Rémy Gourmelon

À suivre “Mes varroas vont mal… et les vôtres? (2-Apibioxal)